presentation-orale

12 Jun 2015 Découvrez 5 conseils pour ne pas rater votre prochaine présentation orale

Assister à une mauvaise présentation orale, c’est une expérience universelle.

On connaît tous cette même réalité en entreprise : des slides par dizaines, remplis de texte, bullets points et tableaux illisibles. Un orateur qui cherche en live à donner de la cohérence à son discours, transpire et peine à garder son public éveillé… un classique.

Nous assistons à ce genre de présentations de façon récurrente et qu’on le veuille ou non, la plupart d’entre nous ne fait pas beaucoup mieux, une fois sur scène.

Alors, pourquoi autant de brillants professionnels dévalorisent leurs idées et le fruit de leur travail lorsqu’ils ont à le présenter à l’oral ?

Dans son livre, “15 Minutes Including Q & A”, Joey Asher, nous donne une explication: Il dit que nous faisons de longues et contre-productives présentations car nous pensons que ce sont ceux-là les codes de la communication orale d’entreprise, et aussi parce que, la plupart du temps, c’est ainsi que nos supérieurs hiérarchiques communiquent également.

Ce qui se passe, c’est que les compétences de prise de parole en public ne sont quasi jamais développées chez les cadres. On ne prendrait pas les présentations au sérieux comme on le devrait, selon Dan Roam, auteur de “How Everybody Can Make Extraordinary Presentations.

En fait, c’est un peu comme les arts martiaux, lorsque l’on regarde un athlète de la modalité, tout paraît naturel et fait quasi sans efforts, mais c’est évidemment et surtout le fruit d’un entraînement récurent qui rend tout cela aussi fluide.

Alors comment vous améliorer à l’oral pour ne plus rater vos présentations ?

 

Voici 5 conseils :

 

 

1. Concentrez-vous sur votre public et soyez authentique

 

Paraître sincère et authentique est fondamental pour réussir une présentation orale et c’est là aussi le plus grand challenge de chaque oral.

En effet, si pour quelque raison que ce soit votre audience sent un instant que vous essayez de la berner, que quelque chose est faux, ou que vous dissimulez quoi que ce soit, à ce moment précis, vous pouvez être sûr que votre présentation vient de se transformer en échec.

Pour éviter cela et renforcer votre authenticité, assurez-vous de maintenir un eye-contact constant avec votre public, comme s’il s’agissait d’une conversation . Balayez la salle de droite à gauche, sans oublier les personnes au fond de la pièce. La plupart du temps, lorsque nous discutons avec un ami, que nous sommes sincères et que l’on croit en ce que l’on dit, on regarde cette personne droit dans les yeux à chaque fois que l’on prend la parole. C’est le même principe pour vos présentations !

 

2. Un demi discours est souvent deux fois plus réussi qu’une longue démonstration

 

La brièveté est souvent la clé du succès. L’attention qu’un public peut vous porter est limitée, à vous de conclure votre discours avant que celle-ci ne s’épuise.

Demandez-vous lorsque vous préparez votre speech, les trois choses que vous aimeriez que votre audience retienne de votre présentation orale, et construisez votre discours autour de celles-ci. Croyez moi, il est très rare qu’un public ait davantage d’attention à vous consacrer.

 

3. Utilisez le stress à votre avantage

 

Vous êtes stressé à l’idée de vous adresser à un groupe en public ? Aucun souci, nous le sommes tous.

Toutes les personnes que je connais et que j’ai eues à coacher ressentent toujours un certain stress avant de monter sur scène et ceux qui disent ne pas le ressentir mentent.

Savoir estimer et jauger votre niveau de stress avant une présentation importante est très utile pour pouvoir vous améliorer à l’oral.

Ressentir de simples ‘papillons’ dans le ventre est une réaction naturelle. C’est un signe que vous êtes sur le point de réaliser quelque chose d’important.

Se sentir complètement tétanisé par la peur à l’idée de prendre le micro est à l’inverse le signe évident d’un manque de préparation en amont de cette présentation.

La solution passe bien évidemment, et on le dit assez souvent ici, par l’entraînement et la répétition.

Essayer d’apprendre par cœur votre script est une erreur. Par contre, faire défiler les slides en déroulant votre argumentaire à haute voix, est une excellente façon de se familiariser avec l’exercice, dans les conditions du réel.

 

4. Utilisez Powerpoint au goût du jour.

 

La plupart des mauvaises prestations à l’oral sont accompagnées de slides powerpoint comme on en faisait dans les années 90.

Le souci ce n’est pas tant le logiciel (même si nous préférons Keynote), mais l’utilisation que l’on en fait.

Pour une présentation réussie, pas besoin d’être graphiste, vous devez simplement être capable d’épurer et résumer votre contenu visuel. Pour cela, pas plus 6 mots par slide par exemple, un titre seul ou une image en plein-écran feront toujours bien mieux qu’un tableaux ou un pavé de texte exhaustif.

N’oubliez pas que l’objectif de l’utilisation d’un powerpoint est essentiellement d’illustrer votre discours en temps réel et en aucun cas de schématiser l’ensemble de votre pensée, ni même de faire de la décoration de slide.

 

5. Gardez les questions/réponses pour la fin

 

C’est un grand débat que j’entretiens avec mes collègues de profession. Ma recommandation personnelle est de ne jamais se laisser interrompre par une question pendant votre démonstration à l’oral et de cantonner les Q&A à la fin de votre présentation.

Ceux qui pensent le contraire sont souvent ceux qui n’ont qu’une expérience théorique de la question, ou qui lorsqu’ils s’adressent à un public à l’oral c’est pour leur faire un discours motivationnel et non pas pour essayer de leur vendre un produit ou de lever des fonds.

Les questions pendant une présentation ça a l’apparence du bon sens, mais cela nuit à votre capacité à convaincre, brouille l’argumentation et disperse l’attention de votre public. Si vous laissez faire, vous prenez alors le sérieux risque de ne jamais réussir à reprendre le fil conducteur de votre démonstration, et que votre public sorte de la salle en se souvenant d’une intervention interactive, certes, mais sans savoir réellement quoi retenir.

Restez concentrés tout le long de votre discours et utilisez donc les dernières minutes de votre temps pour convaincre les plus réticents, lors des Q&A.

 

Michael Dias
m.dias@spitchconsulting.com

Fondateur de Spitch, Storyteller, Speaker, Coach de Dirigeants et grand passionné de Présentations. ll est professionnellement issu du Marketing et de l’univers de la Téléphonie Mobile.   Retrouvez le sur Twitter et Linkedin !



Discutons dès maintenant de votre projet de Présentation ou Formation
Hello Budy! plugin is activated, now you need to set option from Settings -> Sticky Header/Footer menu