Comment-susciter-la-surprise-et-l’émotion --Décryptage-du-Storytelling-de-Game-Of-Thrones-

19 Jul 2017 Comment susciter la surprise et l’émotion ? Décryptage du Storytelling de Game Of Thrones

Tout le monde connaît désormais Game of Thrones, la série mythique de HBO qui fait un carton à chaque nouvelle saison.

Si je n’en suis pas un très grand fan de la série et que je suis toujours très surpris de voir comment une histoire aussi complexe réussit à faire autant l’unanimité, à l’ère de la littérature light, je ne peux que reconnaître le grand travail mis en scène par son réalisateur, en termes de storytelling et de capacité à surprendre son public, épisode après épisode.

La spécialité de notre blog étant le storytelling, je vous propose donc aujourd’hui de décrypter l’histoire de cette série américaine, d’identifier ensemble les techniques utilisées par Miguel Sapochr pour réussir à susciter la surprise et l’émotion, et ainsi vous aider à en faire de même lorsque vous avez à créer des présentations, vidéos ou animatiques.

 

La structure du storytelling

 

Nous l’avons vu à plusieurs reprises sur le blog, la structure est généralement la même, que ce soit pour un film, une série, un roman ou une keynote d’Apple.

Dans son livre Story, Robert Mckee le résume très bien :

Une scène c’est une histoire en miniature … peu importe le lieu ou la longueur de celle-ci, une scène nous rassemble autour du désir, de l’action, du conflit et de la transformation de son protagoniste.

Ainsi on retrouve ces 4 éléments qui se suivent dans chaque épisode de GOT : désir – action – conflit – transformation.

Si l’on prend par exemple la fameuse scène dans laquelle Sansa témoigne à Jon Snow son désir de revenir à Winterfell, celle-ci entamera l’action de convaincre Jon de l’aider à reconquérir cet endroit. Alors que celui-ci résiste, il entre enconflit, en discorde avec Sansa, et la scène se conclut par une transformation qui mène Sansa à déclarer qu’elle mènera cette bataille avec ou sans lui.

On retrouvera cette structure très latente également lors de la fameuse “Battle of The Bastards, dans laquelle. Jon Snow éprouve le désir de battre Ramsay pour reconquérir Winterfell, celui-ci décidera de passer à l’action, la bataille étant le conflit lui même. Jon Snow en ressortira ensuite transformé, lorsque celle-ci s’achèvera de façon victorieuse par la reprise de Winterfell.

On comprend donc ici facilement que pour créer une présentation captivante, par exemple, il est fondamental de la structurer toujours de cette façon. Un désir d’amélioration de la situation actuelle de la part de notre client, une prise de décision de suivre vos conseils, comme action. Un conflit toujours existant entre proposition et alternatives et une transformation finale dans laquelle il en sortira potentialisé grâce à la solution que vous lui aurait vendue.

 

L’Utilisation d’Emotions opposées

 

Après avoir vu la structure du storytelling, intéressons-nous désormais à l’aspect émotionnel de la série.

Comme le dit très bien Robert Mckee dans son livre STORY : « La compréhension de la façon dont nous réussissons à susciter de l’émotion chez un public commence par la prise de conscience qu’il n’y a que deux types valeurs : le plaisir et la douleur »

Il existe donc deux types de valeurs et en tant que public, nous éprouvons de l’émotion à chaque fois que le récit nous fait passer par une transition entre ces deux valeurs.

C’est pourquoi les scènes les plus importantes dans Game of Thrones passent souvent d’une situation où le protagoniste perd espoir, vers un renversement brutal qui le mène à la victoire, ou à l’inverse, une situation de succès anticipé vers une défaite de dernière minute.

Et on constate cela d’ailleurs très nettement dans la « battle of the bastards ».

Comme la scène dure 30 minutes, pour la rendre intéressante et maintenir le public rivé à l’écran, le réalisateur a dû faire appel à de multiples transitions de valeurs. Jon tombe initialement dans le piège de Ramsay quand il tente de sauver Rickon, ce qui force son armée à attaquer prématurément, et la laisse complètement encerclée et menacée par les soldats de Ramsay. Alors que l’espoir semble complètement perdu, Sansa apparait avec ses troupes et finit par sauver in extremis Jon Snow et les siens.

Pour une série comme pour un match de foot ou une présentation, les revirements de situations sont à l’origine de l’émotion que nous sommes capables de ressentir. C’est donc en réussissant à créer un certain “suspens”, en laissant son public ressentir un certain danger, et en changeant la donne au dernier moment, que nous pouvons créer des moments à forte charge émotionnelle, fondamentale pour rendre vos récits intéressants et influencer la prise de décision.

Comme nous le rappelons souvent ici, celle-ci se passe toujours au niveau du système limbique. L’émotion guide l’action de l’être humain et non pas la rationalité seule des chiffres, comme on essaye de nous le faire croire.

 

Casser les codes pour surprendre

 

La première chose que l’on m’ai dit avant de regarder Game of Thrones c’est qu’il s’agissait d’une série capable de surprendre comme aucune autre.

Si pour surprendre, on vient de le voir, il est important d’utiliser les transitions de valeurs, autre technique indispensable, c’est d’être capable de casser les codes.

Une série télévisée c’est un langage : les close-ups, les wide-shots, les transitions rapides, les musiques d’ambiance, chacun de ces éléments ont vocation à être interprétés.

Depuis, nous avons donc pris l’habitude d’anticiper inconsciemment ce langage, pour en déduire la suite des événements.

Le close up est souvent utilisé, par exemple, pour donner de l’emphase à une scène romantique. Une musique de suspense, nous prévient d’un danger imminent, etc…

Dans la « battle of the bastards », à plusieurs reprises le réalisateur utilise ces codes bien connus des spectateurs pour créer la surprise en les cassant, en les renversant.

L’exemple le plus intéressant, a lieu juste avant la « battle of the bastards », où le réalisateur a décidé de surprendre l’audience en cassant la règle de trois.

La règle de trois, découverte par Aristote, on la retrouve dans la plupart des films, dans le storytelling et dans nos vies. Les histoires ont, par exemple, toujours un début, un milieu et une fin. Les produits d’Apple toujours 3 types de prix, et les listes sont plus facilement mémorisables, en général, si elles ne comportent que trois éléments.

C’est donc tout naturellement, lorsque Rickons court vers Jon Snow pour éviter de se faire abattre par une flèche de Ramsay, que l’on s’attende à ce que celui-ci ne l’achève pas du premier coup, ni du second, mais du troisième.

Ainsi, lorsque nous constatons que la troisième flèche ne l’atteint pas, en tant que téléspectateur attentif on en déduit alors rapidement que notre héros a réussi à se sauver, pour de bon, de la portée des flèches de Ramsay.

Mais la surprise viendra précisément du fait que celui-ci se fasse finalement flécher au 4ème tir, surprenant ainsi le public qui l’avait cru sauvé.

En cassant les codes, et en prenant à contre pied les connaissances cinématographiques du public, on crée ainsi des moments de faux espoirs mais de vraies surprises.

C’est une technique très utile en humour, également, que je vous conseille d’utiliser habilement lors de vos oraux, pour surprendre et captiver votre auditoire.

 

En bref :

Même si je ne suis pas un spectateur assidu de Game of Thrones, cette série est pour moi un très bon concentré de Storytelling de haut niveau. Je vous invite donc à voir ou revoir les scènes que nous venons de décrire, pour bien visualiser les différentes techniques. Un enseignement que l’on obtient dans aucune formation supérieure, malheureusement, et qui serait pourtant si utile à tous les professionnels du Marketing et de la Com’ de nos jours.

Michael Dias
m.dias@spitchconsulting.com

Fondateur de Spitch, Storyteller, Speaker, Coach de Dirigeants et grand passionné de Présentations. ll est professionnellement issu du Marketing et de l’univers de la Téléphonie Mobile.   Retrouvez le sur Twitter et Linkedin !



Discutons dès maintenant de votre projet de Présentation ou Formation
Hello Budy! plugin is activated, now you need to set option from Settings -> Sticky Header/Footer menu